soeur genevieve pelsser Il y a bientôt cinq mois, Geneviève Pelsser a été nommée Provinciale des sœurs salésiennes de Don Bosco pour la nouvelle province, Notre Dame des Nations, qui regroupe la France, la Belgique et la Tunisie. C'est l'occasion de revisiter son parcours.

 

 

Don Bosco Aujourd'hui : Sr Geneviève, vous voici à la tête de la nouvelle Province. Mais avant d'en arriver là, quel a été votre parcours ?

Sr Geneviève Pelsser : À seize ans, j'ai fait une retraite où la question de la vie religieuse m'a effleurée. Ce qui ne m'a pas empêchée de continuer une vie normale d'ado ; j'avais un petit copain, j'aimais danser, j'en faisais voir de toutes les couleurs aux religieuses de l'internat mais je sentais qu'il y avait quand même autre chose qui me travaillait. A l'occasion d'un camp SMJ (Service Missionnaire des Jeunes), j'ai rencontré Hubert qui rentrait chez les Salésiens et qui m'a fait connaître Ephata et Don Bosco. Lors de ma première marche Ephata, j'ai été très touchée par la manière de faire des Salésiens : beaucoup de joie, beaucoup de chaleur. Et ça a été le déclic ! J'ai continué l'animation. Mon chemin était tout tracé ! Ensuite, j'ai eu l'occasion de voyager au Togo et au Bénin avec le VIDÈS. Je me suis occupée de la formation des jeunes sœurs. Puis j'ai été Provinciale de la Belgique Sud.

 

DBA : Qu'est-ce que toutes ces expériences vous ont fait découvrir ?

Sr G. P. : En approfondissant le charisme salésien, je me suis rendu compte que Don Bosco a tellement de facettes qu'il y a un réel risque de n'en présenter que quelques-unes ou de s'arrêter à des clichés. On a tout intérêt à essayer de toujours mieux comprendre le pourquoi de son action et à le recontextualiser pour faire le lien entre sa vie et le monde actuel. Egalement avec Marie-Dominique Mazzarello !

 

DBA : Vous habitiez en communauté dans la ville universitaire de Louvain-la-Neuve. Quels étaient les objectifs de ce foyer d'étudiants ?

Sr G. P. : C'était un véritable défi d'amener les jeunes à accueillir l'autre différent et de le respecter. Nous avons eu la grande joie de les voir grandir en humanité car comme disait Xavier Thévenot : « La joie est ce qui surgit quand on a réussi à faire croître l'humanité en soi-même et en autrui ». C'était un grand bonheur de voir les aînés acquérir ce charisme salésien et prendre la relève auprès des plus jeunes ou des nouveaux !

 

DBA : Quels sont les défis que l'Église et la Famille salésienne devront relever ?

Sr G. P. : Un des défis majeur réside dans la manière dont ensemble, religieux, religieuses, laïcs, jeunes, nous chercherons à nous laisser transformer par la rencontre du Christ, dans sa Parole, dans l'autre, pour devenir missionnaires de joie et d'espérance. Faire l'unité dans notre vie quotidienne entre vie spirituelle, vie fraternelle et vie missionnaire.

 

DBA : Et pour vous-même ?

Sr G. P. : A chaque tournant de ma vie, j'essaye d'accueillir ce qui vient comme un lieu où Dieu est présent. Je me dis toujours que là où je mûris, j'accueille, j'aime le Seigneur. Là où j'essaie de vivre ma vocation à fond, il y aura des bienfaits pour les autres ! Dieu se donne dans le présent. Le reconnaître est ce qui me donne de l'enthousiasme et de l'énergie.

 

Propos recueillis par Annou MERCIER
17 décembre 2015

 

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....

 

 


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s2 e8

Le rire est le propre de l’homme. On pourrait parodier en disant qu’il est le propre des jeunes. En fait, pour eux, ce sont les petits riens, voire les bêtises, qui prêtent à rire. Et, bien sûr, la plus part du temps, ce sont des moments vécus en bande.

Par tempérament ou pour cacher sa timidité les jeunes aiment rire. Pour Hugo « Ça redonne de l’énergie, c’est comme du sucre. » Ils ne font pas allusion à de grands comiques que l’on peut entendre sur les médias mais, c’est bien dans des moments passés entre eux que se partagent d’abord les rires. Et, pour en souligner l’importance, Hugo de conclure. « Une semaine sans rigoler, je suis pas bien. »

Question : Veillons-nous à ce que le rire soit un moment important de partage dans nos familles ?

Voir le 8è épisode de la saison 2 : Qu’est-ce qui te fait rire ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Ils nous parlent de l’Europe

      don bosco minimes europe En novembre dernier, 60 élèves, en 3è à l'école Notre-Dame-des-Minimes à Lyon, sont partis dans l’Est de la France pour un voyage scolaire d’une semaine intitulé : « Voyage de mémoire. De la guerre à la paix ». Ils ont découvert les lieux des deux guerres mondiales ainsi que le parlement européen de Strasbourg. Mathis, Thomas et Mathis nous parlent de leurs visions de l’Europe.

      Lire la suite

    • Construire l’Europe aux yeux des jeunes

      MSJ jeunes vote europe 01 Ils n’étaient pas encore nés lorsque la Communauté Economique Européenne a été créée en 1957. Ils ont entre 20 et 30 ans. Pablo est espagnol, Antonija croate, Anne-Florence française. Engagés dans le Mouvement Salésien des Jeunes au sein de leur pays et au niveau de l’Europe, ils nous partagent leur vision de l’Europe et ce que le « vieux continent » apporte à leur pays.

      Lire la suite

    • Les citoyens ont besoin de l’Europe

      citoyens europe don bosco 2019 02 Bogna Suda est polonaise. Elle travaille au Parlement européen depuis plus de 15 ans. Elle est conseillère dans un groupe politique et dirige une équipe de 9 personnes. Elle explique le travail du Parlement et relève les défis à venir.

      Lire la suite

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite