facebook-CGU-355Le monde entier connait-il Facebook aujourd'hui ? Certainement. Au moins de nom ! Mais que ce cache-t-il derrière le mur ? Beaucoup pensent que leur vie privée est en danger : leurs données personnelles vont être piratées. Erreur ! Car rien ne m'oblige à livrer les détails de ma vie. Alors, y a-t-il un véritable danger ? Réponse de Sébastien Robert, sdb, webmaster des sites salésiens.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rien d'original ! Avant Facebook, il existait Picasa pour partager ses photos, Copains d'avant pour retrouver ses amis, Youtube pour partager ses vidéos, Skyblog pour raconter sa vie, Doodle pour programmer ses réunions, MSN pour « tchatter » ... sans oublier les sites de rencontres, les forums, les sites de jeux... Maintenant, il y a un seul site pour faire tout cela : Facebook. Et c'est peut-être là l'originalité. D'un point de vue technique, le site de Facebook est informatiquement génial et bien pensé. Mais alors quels risques véritables ?

« Ils vont utiliser ma photo de vacances pour en faire une publicité ! »

Fantasmes, peur, manque de recul... Il est possible d'entendre beaucoup de choses sur Facebook, surtout quand elles dramatisent la réalité. Soyons clair : 300 millions de photos sont téléchargées par jour sur les serveurs de la société Facebook Incorporation. Voilà qui diminue grandement la probabilité qu'ils utilisent une de mes photos ! Pour argumenter, si nous nous arrêtons sur les Conditions Générales d'Utilisations (CGU) de Facebook, nous pouvons lire : « Pour le contenu protégé par les droits de propriété intellectuelle, comme les photos ou vidéos [...] vous nous accordez une licence non-exclusive, transférable, sous-licenciable, sans redevance et mondiale [...]. Cette licence de propriété intellectuelle se termine lorsque vous supprimez vos contenus de propriété intellectuelle ou votre compte, [...]. » En résumé : « ne me demandez pas d'argent parce que votre photo a fait un buzz ! » Facebook se protège donc d'une demande de retour sur bénéfices qu'un utilisateur pourrait faire. Mais il est clairement dit que ce droit peut se terminer ! Non, ce n'est pas l'intérêt de Facebook de dévoiler vos données personnelles...

Quels intérêts pour Facebook ?

Certes, le site web lors de son lancement en 2004 et le site aujourd'hui n'ont plus grand chose de semblable. Tout simplement parce que les objectifs ont changé. Ce n'est plus un livre de visages pensé pour favoriser les rencontres « amoureuses » d'étudiants. C'est une manne de données personnelles à vendre à des publicitaires. La société Facebook, maintenant cotée en bourse, ne souhaite pas révéler à toute la planète vos secrets et désirs. Non ! Elle cherche à vous vendre comme cible potentielle. C'est pour cela que la société Facebook réagit tant dès que son image est en jeu. Non le danger n'est pas là...

Quels sont les véritables risques ?

Le plus inquiétant de tous : La calomnie. Facebook est une tribune d'où certains pensent qu'ils peuvent tout dire ! Et c'est bien là le drame. Ce média ne doit pas échapper à la raison que tous nous devons garder avant de nous exprimer. Surtout si c'est pour faire souffrir, pour extorquer... Et c'est bien une question d'éducation : apprendre aux jeunes (de 10 à 30 ans!) qu'ils doivent réfléchir avant de mettre quelques choses sur le « mur » ! Leur dire aussi qu'ils peuvent parler à leurs proches de ce que l'ont dit d'eux-mêmes sur ce média.

L'autre risque : penser que ce média social peut remplacer un véritable réseau social (c.-à-d réel entre personnes physiques). Le jeune qui s'imagine de fausses amitiés par le biais d'Internet est en danger.

Enfin, il n'y a pas plus d'images violentes ou pornographiques sur Facebook que sur Internet (Google, Yahoo...) La question n'est pas : comment faire pour éviter à ce qu'un enfant tombe dessus ; cela arrivera... La question est : comment parler avec les jeunes avant et pendant pour qu'ils puissent dire ce qui les choque ! Faut-il encore que les adultes s'intéressent à la réalité du virtuel d'aujourd'hui.

 

Sébastien ROBERT, sdb
Webmaster

 

 

Pour aller plus loin


La formation "Réseaux sociaux : quelles attitudes éducatives ?"

La page Facebook de la famille salésienne de Don Bosco

 

 

 

 

 

 


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s1 e12

Ce témoignage n’appelle pas de commentaire mais du respect, respect pour un témoignage courageux qui ne s’apitoie pas malgré les difficultés bien réelles de s’accepter et d’être accepté. William nous donne une belle leçon de tolérance.

« On est tous pareil, on a des différences physiques, ethniques, religieuses… on est tous pareil… ». Sans contradiction William nous dit encore : « On est tous différents et c’est comme ça, il nous faut faire avec… si on est sur terre, c’est pour faire quelque chose, on n’est pas là par hasard… on est entre frères et sœurs, on devrait s’accepter que l’on soit d’une religion, d’une sexualité différente, d’une ethnie différente… Ce serait bien que tout le monde célèbre nos ressemblances plutôt que de regarder nos différences. »

Question : Où en suis-je de mon acceptation de moi-même et de la différence des autres ?

Voir le 12è épisode : S’accepter ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite